Contexte clinique

Distomatose

LDBIO_Contexte-clinique_DISTOMATOSEUne distomatose est une zoonose due à la présence dans l’organisme de vers trématodes : les douves. Plusieurs espèces existent avec des cycles parasitaires impliquant différents hôtes et une répartition géographique variée. Parmi elles, Fasicola hepatica, principal agent de la distomatose hépatobiliaire est l’espèce la plus souvent retrouvée, et a une répartition cosmopolite. La douve adulte vit dans les canaux biliaires d’une grande variété de mammifères : parasite très connu du bétail (ovins et bovins), l’homme n’est pour elle qu’un hôte accidentel. Les très nombreux œufs produits par l’adulte sont éliminés avec les fèces. Ils éclosent dans l’eau en libérant un embryon cilié (myracidium) qui pénètre un mollusque du genre Lymnaea dans lequel il se multiplie avant de le quitter sous la forme d’une larve mobile (cercaire) qui se fixe sur un végétal aquatique pour s’enkyster (métacercaire). L’hôte final s’infecte en ingérant des végétaux contaminés (cresson, pissenlits, chicorée…) ; pour d’autres espèces de douves, la contamination peut aussi se faire à partir de crustacés ou poissons d’eau douce crus ou insuffisamment cuits (Dietrich et al., 2015).

La distomatose hépatobiliaire à F. hepatica suit deux phases cliniques successives. La phase d’invasion aiguë correspond à la migration initiale des larves jusque dans le foie. Les patients présentent fièvre, douleur abdominale, perte de poids, hépato-splénomégalie. Myalgies, urticaire et autres réactions allergiques sont également des signes fréquents. La phase hépatique chronique ou phase d’état, rarement observée en région tempérée, débute 2 à 3 mois plus tard et est en relation avec l’obstruction des voies biliaires par le parasite (coliques biliaires, surinfections bactériennes…) (Harrington et al., 2017).

D’autres formes de distomatoses existent provoquées par d’autres douves, en particulier avec des localisations pulmonaires par exemple (distomatoses pulmonaires dues à des vers du genre Parogonimus). Des formes ectopiques peuvent aussi être décrites dans le cas d’une migration du parasite dans d’autres organes que le foie (Taghipour et al., 2019).

Parasitose cosmopolite, la distomatose connaît aujourd’hui un regain d’intérêt dans l’hémisphère nord en tant qu’infection ré-émergeante hautement pathogène dont l’épidémiologie a évolué ces dernières années. F. hepatica, agent infectieux retrouvé en Europe n’est plus le seul agent retrouvé en raison des migrations et voyages.  Selon l’OMS, 2.4 millions de personnes, essentiellement des enfants, sont infectés par F. hepatica dont il existe de nombreuses zones d’endémie sur les 5 continents et plusieurs millions sont à risque de l’être (OMS). Ces contaminations sont directement en relation avec les coutumes locales et les conditions d’hygiène rencontrées. (Webb et al., 2018). Il est également possible que la prévalence augmente avec la hausse des températures (Vignoles et al., 2017). En France, les cas restent rares et sporadiques.

Le diagnostic de distomatose est réalisé à partir des renseignements épidémiologiques, l’historique du patient, les signes cliniques, les données d’imagerie médicale et les résultats biologiques/examens de laboratoire : recherche des œufs de Fasciola dans les selles, recherche de copro-antigènes, antigénémie et sérologies. Ces dernières peuvent utiliser des antigènes bruts, des antigènes d’Excrétion/Sécrétion (ES) ou encore des antigènes recombinants (Webb et al., 2018).

RÉFÉRENCES SCIENTIFIQUES

LE TEST FASCIOLA ES Western Blot IgG

La technique de Western Blot a été très largement utilisée ces dernières années en sérologie parasitaire pour répondre à un diagnostic de suspicion de distomatose. L’immunoblot permet de diminuer les risques de réactions croisée (Mezo et al., 2003) par rapport à d’autres techniques sérologiques.

En France, la Haute Autorité de Santé (HAS), recommande l’utilisation de l’immunoblot pour la confirmation des diagnostics. Le suivi sérologique est indiqué pour le cas d’un diagnostic réalisé dans la phase d’invasion de la maladie. (Argumentaire HAS, 2018). Il en est de même pour le CDC américain (DPDx CDC, Fasciolasis, 2019).

Pour pouvoir répondre à l’exigence de la demande, nous avons développé un test fiable de diagnostic des distomatoses à Fasciola spp., basé sur la technique de Western Blot. Couplé à l’utilisation d’antigènes naturels excrétés/sécrétés hautement sensibles, le test FASCIOLA ES Western Blot IgG se positionne ainsi parfaitement comme technique de confirmation des tests classiques de dépistage.

Commander

Pour commander en France, écrivez-nous à notre adresse Order en indiquant les références et descriptions des produits que vous souhaitez, ou téléphonez au 04 78 83 34 87.